Haut de page

Saisir vos observations
L'espèce du mois

Le Verdier d'Europe

Avec sa tenue de camouflage jaune-vert, il n’est pas facile à distinguer, prêtez plutôt l’oreille ...

Espèce du mois
Lire la suite...
Photothèque Sonothèque Bibliothèque Saisir vos observations L'espèce du mois
L'espèce du mois

Le Plongeon catmarin

Gavia stellata

 

 

Rarement (mais régulièrement) observable en Île-de-France, le Plongeon catmarin est le plus petit représentant des gaviidés. Avec sa silhouette caractéristique – corps fuselé et bec pointu – c’est un oiseau gracieux et agile, vivant exclusivement en milieu aquatique.

  © plongeon catmarin

Plongeon catmarin © J. Coatmeur / LPO-IDF

 

Ordre : Gaviiformes
Famille : Gaviidés
Genre : Gavia
Espèce : Gavia stellata

Une morphologie typique des Plongeons

Le Plongeon catmarin est le plus petit des Plongeons : il mesure entre 51 et 69cm, et a une envergure comprise entre 91 et 116cm, ce qui correspond au gabarit d’un Canard colvert. Sa silhouette se caractérise par un corps profilé, un bec court, fin et légèrement retroussé, et une queue courte.

Appelé également Plongeon à gorge rouge, il est facilement reconnaissable en période de reproduction grâce à son plumage nuptial qui se caractérise par une tache rousse sur le devant du cou qui tranche avec le dessus de son corps brun tacheté de blanc, sa tête et son cou gris, et sa poitrine et sa nuque blanches rayées de gris. Son plumage est plus terne hors période de reproduction : brun foncé tacheté de blanc pour le dessus du corps et de la tête, blanc immaculé pour le dessous. Le seul dimorphisme sexuel de cette espèce concerne sa taille, avec des mâles qui sont plus grands que les femelles.

Il peut être différencié des autres plongeons observables en France (imbrin et arctique) grâce à sa tache rousse facilement identifiable (en été), l’étendue de son plumage blanc en période hivernale, et son bec retroussé vers le haut (les autres espèces ayant un bec plutôt en forme de poignard).

© Plongeon catmarin

Plongeon catmarin © F. Gonod / LPO-IDF

Une vie entre eau douce et milieu marin

Migration

En Europe, le Plongeon catmarin nidifie dans les eaux douces du Nord (Islande, Scandinavie, nord des îles britanniques et de la Russie), et hiverne principalement sur les littoraux peu profonds - notamment dans les estuaires, les criques et les baies - de la Mer du Nord jusqu’à la Mer Méditerranée. En Île-de-France, il peut être observé en période internuptiale, lors de sa migration vers le littoral français (Mer de Nord, Manche, façade Atlantique ou littoral méditerranéen.)

© Plongeon catmarin

Plongeon catmarin en plumage internuptial © L. Albesa / LPO-IDF

Habitat et alimentation

Durant leur période de nidification les Plongeons vivent en couple, et se fixent sur des étendues d’eau douce peu profondes (lac, étangs, marais, voire mares) près desquelles ils construisent leur nid. Pendant le reste de l’année, ils s’établissent sur le littoral, en petits groupes de moins de 20 individus.

Avec sa morphologie fuselée, et ses pattes situées loin à l’arrière de son corps, il est parfaitement adapté à la nage et à la plongée. Il se nourrit d’ailleurs exclusivement de poissons et de crustacés qu’il poursuit et attrape sous l’eau, que ce soit dans les eaux douces, ou en mer. Excellent nageur, il peut rester près de 90 secondes sous l’eau, plongeant jusqu’à 10 mètres de profondeur et sur 100 mètres de longueur.

© Plongeon catmarin

Plongeon catmarin © F. Gonod / LPO-IDF

Reproduction et nidification

Les couples de Plongeons catmarin sont fidèles : ils gardent leur partenaire et leur lieu de reproduction d’année en année. La période de reproduction s’étend de mai à septembre, et voient les Plongeons construire leur nid à l’aide de branchages et de plantes aquatiques, dans lequel ils pondent généralement deux œufs (plus rarement un seul ou trois). Les œufs sont couvés par le mâle et la femelle en alternance durant les 27 jours d’incubation. Les petits quittent le nid dès l’éclosion, sont nourris de petits crustacés, insectes d’eau puis petits poissons, et savent voler en moyenne à l’âge de 48 jours. Les jeunes Plongeons reviendront ensuite tous les ans sur le lieu de leur naissance, et commenceront à se reproduire à partir de leur quatrième année.

Effectifs, tendances et statut

Le Plongeon catmarin est une espèce dite « holarctique », ce qui signifie que son aire de répartition regroupe les régions froides et tempérées de l’hémisphère Nord. Au niveau européen comme mondial l’espèce est protégée, mais classée « préoccupation mineure » par l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature).

En France, on l’observe surtout sur les façades maritimes - principalement celles de la Mer du Nord, de la Manche, et de l’Atlantique jusqu’à l’estuaire de la Gironde - et occasionnellement sur les plans d’eau intérieurs. Le Plongeon catmarin n’est pas présent sur les listes rouges des espèces menacées en France et en Île-de-France, puisque présent uniquement de manière épisodique sur ces territoires.

© Répartition Plongeon catmarin

présence du Plongeon Catmarin en France (source : https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/2411)

Le saviez-vous ?

Bien que cette origine ne soit pas certaine, son nom « catmarin » serait composé du mot français « marin » et du mot anglais « cat » (chat en Français). Le premier concernerait son habitat préférentiel, tandis que le second viendrait de son chant qui peut faire penser au miaulement d’un chat (https://www.xeno-canto.org/568876).

Sites internet